Lettre Pastorale de Mgr Joseph pour la Pâque 2014

† Le métropolite JOSEPH : LE CHRIST – LE PAIN DE NOTRE VIE -- lettre pastorale pour la Sainte Pâque 2014

-> La Lettre Pastorale de Mgr Joseph pour la Pâque 2014 en PDF

† LE  METROPOLITE JOSEPH

LE CHRIST – LE PAIN DE NOTRE VIE

LETTRE PASTORALE POUR LA SAINTE PAQUE
2014

 
† JOSEPH, par la grâce de Dieu, archevêque de l’Archevêché Orthodoxe Roumain d’Europe Occidentale et métropolite de la Métropole Orthodoxe Roumaine d’Europe Occidentale et Méridionale. À notre cher clergé, aux moines et moniales et à tous les chrétiens orthodoxes de cet Archevêché protégé par Dieu : grâce, miséricorde et paix de la part de Dieu le Père, et, de notre part, bénédiction paternelle.

„Je suis le pain vivant qui descend du ciel.
Celui qui mangera de ce pain vivra pour l’éternité.
Et le pain que Je donnerai, c’est ma chair,
donnée pour que le monde ait la vie.”
(Jn 6, 51)



Révérend Père,
Chers fidèles,

LE CHRIST EST RESSUSCITE!

Nous avons vécu, pendant ces jours de la semaine de la Passion, des moments très intenses et très importants pour notre vie chrétienne de disciples du Christ. Nous nous sommes penchés dans la prière et la Liturgie de chaque jour sur toutes les souffrances, mais également sur nos injustices humaines, que le Seigneur a prises sur lui, qu’Il a reçues pour nous sur la Croix. „Qu’il soit crucifié!” (Mt 27, 23), criaient jadis ceux qu’Il aimait et pour qui Il était crucifié, mais nous le crions également aujourd’hui, par notre péché. Tous l’ont quitté jadis, de même que nous le quittons par notre péché, même si nous nous appelons ses amis. Lorsque notre confort et notre vie sont en jeu, lorsque nos propres intérêts sont touchés, nous le renions, nous le quittons, nous ne le connaissons plus, nous nous éloignons, nous nous cachons; et nous nous en lavons les mains et nous le faisons souffrir, comme l’a fait Pilate. Nous renions ses paroles, son amour, ses actes à notre égard, et le fait que c’est seulement en lui que le salut des hommes s’accomplit; nous nous tournons vers d’autres voies prétendues salvatrices, vers les illusions et notre confort de chaque jour, vers les lois et les faiblesses humaines qui pourraient nous sauver en quelque sorte de la solitude et de la souffrance intérieure auxquelles nous condamne le péché, en tant qu’éloignement de Dieu et de la vérité. Même dans les pires souffrances que l’homme lui a procurées, le Christ ne s’est pas dédit de l’homme, ne l’a pas renié, ne s’est pas moqué de lui, ne l’a pas humilié, ne l’a pas oublié; et Il se fait le frère des plus petits et affligés, Il tend vers tous sa main riche de bienveillance, consolatrice par l’amour, en souffrant avec nous et en mourant avec nous.

Même si nous cherchons désespérément son amour, source de toute forme d’amour, notre faiblesse nous fait le renier comme le firent jadis Pierre et tous les apôtres, douter de lui, le nier, même s’Il ne nous abandonne pas, et ne nous nous renie pas, même s’Il ne doute pas de nous. Même les apôtres l’ont renié lorsque leur vie a été menacée, mais ils se sont ressaisis et ils ont témoigné par la suite, au prix de leur vie, leur amour pour le Christ crucifié et ressuscité.

Saint Paul, celui qui a persécuté les apôtres, en les poursuivant pour les tuer, a prêché par la suite au monde entier la Résurrection de celui qu’il avait jadis persécuté. Et à travers les siècles, après saint Paul, le Seigneur a fait de ses ennemis ses alliés; des persécuteurs, des persécutés; des faibles, des puissants; de ceux qui étaient oubliés et ignorés de tous, des témoins de l’Évangile dans le monde entier. Il se fait des amis de ceux qui doutaient; des héritiers du Royaume, de ceux qui étaient impardonnables; les âmes brûlées par le péché, les faiblesses et le désir de la vérité et de l’amour de Dieu, Il les a élevées et leur a donné la beauté céleste impérissable. Les aveugles et les sourds ont vu et ont entendu sa parole, même dans le monde entier. Dans le Baptême que nous avons reçu, la mort est devenue vie, le péché a été effacé et les ténèbres ont été transformées en lumière, nous donnant la vue des réalités célestes, impérissables. Le Seigneur a changé l’homme par son amour, mais seulement celui qui se laisse conquérir et changer par lui. Il a changé le monde entier et, l’histoire de la mort, Il l’a changée,  par son amour,  dans l’histoire de la Résurrection.

Chers fidèles,

Le Christ a fait de nous des membres de son Corps qui est l’Église, celle qui depuis 2000 ans témoigne de son amour pour l’humanité. L’amour pour l’homme appelé à la dignité céleste et à la beauté divine a conduit le Christ à monter sur la Croix, d’où Il implore sans cesse le Père céleste pour notre pardon:” Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font” (Lc 23, 34). Il nous réconcilie sans cesse avec le Père céleste, rendant à notre âme, à l’homme intérieur, la lumière de la beauté divine par le pardon, et donnant à notre corps également l’éclat de son Corps ressuscité, comme nous dit encore saint Jean Chrysostome: „Si notre corps est membre du Christ, et si le Christ est ressuscité, alors il n’y a point de doute que le corps va suivre la Tête. (Saint Jean Chrysostome, Sur la première Épitre du saint apôtre Paul aux Corinthiens XVII).

Avec chacun qui se tient devant Dieu le Père dans le sacrement de la Confession, en reconnaissant ses péchés et ses faiblesses, le Christ Lui-même se tient devant le Père, avec lequel Il le réconcilie et le relève, le ressuscite. Pour chacun de nous, jaillissent de son côté le pardon et la nourriture céleste: Il se donne dans l’Eucharistie, qui nous lave et nous ressuscite, par laquelle nous recevons le pardon et nous gagnons le ciel; nous devenons célestes, mais également plus humains, puisque nous apprenons du Christ à aimer notre frère comme Il nous aime. Le fruit de la résurrection du Christ se voit non seulement dans l’éternité, mais maintenant également, puisque nous sommes porteurs dans nos actes de la réalité de la Résurrection, témoins par les actes, par l’amour, de la Résurrection qui œuvre déjà en nous et qui nous libère de l’esclavage du péché.

Le Seigneur Jésus nous appelle donc à la réconciliation avec le Père céleste et avec nos frères par le sacrement du Pardon qu’Il a donné à son Église, en promettant et en donnant aux disciples le pouvoir de tout lier et de tout délier.  „… Il souffla sur eux et leur dit: Recevez l’Esprit Saint; ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis. Ceux à qui vous les retiendrez, ils leurs seront retenus.” (Jn 20, 22-23), pour nourrir ensuite, avec le Pain céleste, le sacrement du Corps et du Sang donateurs de  la vie et du pardon – nourriture divine laissée à nous pour le pardon et la résurrection – celui qui s’est réconcilié. Personne ne peut goûter le mystère de la Résurrection et ses fruits, s’il ne s’est pas réconcilié, s’il n’a pas lavé et renouvelé son âme par le sacrement de la Confession ou de la Réconciliation avec le Père céleste et ses frères, mais également avec soi-même – puisque chacun de nous doit se réconcilier avec soi-même – et s’il n’a pas reçu le Christ dans son cœur, le Seul qui puisse lui apporter le pardon parfait.

Chers frères et sœurs,

Cette année, comme je vous le disais également dans la lettre pastorale pour la Nativité du Seigneur, notre Église nous appelle à approfondir, ensemble et chacun pour sa part, le sacrement de l’Eucharistie. Or, la meilleure manière de l’approfondir, c’est de la pratiquer, mais pas seulement de temps en temps: il faut laisser croître en nous le désir du Christ, autant que possible, sachant que sans Lui, sans être réconciliés avec Dieu, notre vie n’a pas de sens et notre cœur se refroidit et s’éloigne de son amour. Par les mains du prêtre nous recevons le pardon et la réconciliation avec le Père céleste; nous recevons le Christ en nous, qui se fait don pour que nous puissions à notre tour nous offrir à lui et à nos proches, que nous puissions le voir dans notre prochain, et voir notre prochain en Lui. C’est Lui notre vie.

Aujourd’hui, en cette Fête des fêtes, disons au Christ, Celui qui est ressuscité des morts, notre Pâque, notre Pain donateur de la vie éternelle, avec saint Siméon le Nouveau Théologien: „ Toi, le Christ – Royaume Céleste! Toi, Terre des doux! Toi – Paradis de verdure! Toi – Chambre Divine! Toi – Mystère ineffable! Toi – Repas pour tous! Toi – Pain de vie! Toi, Breuvage nouveau! Toi – Coupe pleine de l’eau et l’Eau-de-vie! Toi pour chaque saint – Lumière inextinguible! Toi – Vêtement et Couronne, et Donateur des couronnes! Toi – Enchantement et Réconciliation! Toi – Délice et Gloire! Toi – Joie et Allégresse! l’Espoir de notre vie, gloire à Toi!”

LE CHRIST EST RESSUSCITE!

† Le métropolite Joseph

Paris, sainte Pâque 2014

17 Avril 2014

Actualités

Programme des évêques de la MOREOM pour Dimanche 26 novembre 2017

Célébration de la Divine Liturgie dans le 30ème Dimanche après la Pentecôte (Le riche notable – la garde des commandements)

» lire la suite

Programme des évêques de la MOREOM pour Mardi 21 novembre 2017

(†) Entrée de la Mère de Dieu au Temple

» lire la suite

Lettre pastorale du Saint-Synode de l’Église orthodoxe roumaine pour le premier dimanche du Jeûne de la Nativité 2017

Concernant l’importance de L’ANNEE CONSACREE EN HOMMAGE AUX SAINTES ICONES, AUX ICONOGRAPHES ET PEINTRES ECCLESIASTIQUES et de L’ANNEE DE COMMEMORATION DU PATRIARCHE JUSTINIEN ET DES DEFENSEURS DE L’ORTHODOXIE A L’EPOQUE COMMUNISTE, au sein du Patriarcat roumain

» lire la suite

Programme des évêques de la MOREOM pour Dimanche 19 novembre 2017

Célébration de la Divine Liturgie dans le 26ème Dimanche après la Pentecôte (Parabole du riche insensé)

» lire la suite

Programme des évêques de la MOREOM pour Dimanche 12 novembre 2017

Célébration de la Divine Liturgie dans le 25ème Dimanche après la Pentecôte (Parabole du bon Samaritain)

» lire la suite

Programme des évêques de la MOREOM pour Mercredi 08 novembre 2017

Synaxe des Archistratèges Michel, Gabriel et Raphaël

» lire la suite